Le Coryza du chat : Maladie contagieuse et infectieuse

Le coryza du chat est une maladie d’origine virale et/ou bactérienne, très contagieuse, qui affecte principalement la sphère ORL de l’animal. Un traitement vétérinaire anti inflammatoire, antiviral ou antibiotique permet d’enrayer efficacement la maladie.

Des complications sévères, voire mortelles peuvent survenir si ces traitements ne sont pas mis en place dès les premiers signes de l’affection chez le chat. La vaccination est le meilleur moyen de prévention contre le coryza.

Apprenez à lutter efficacement contre le coryza du chat

Coryza : les symptômes qui peuvent alerter

La maladie se manifeste par différents signes autour de la sphère ORL du chat : 

  • écoulement des yeux ;
  • écoulement nasal, appelé aussi jetage nasal (rhinite) ;
  • toux, sifflements (trachéite) ;
  • ulcères de la langue (avec salivation excessive) ;
  • réaction ganglionnaire ;
  • hyperthermie (fièvre supérieure à 40 °C).

Le manque d’appétit est souvent dû à la perte de son odorat et la douleur occasionnée par les lésions buccales. Notez qu'un chat qui refuse de s’alimenter au-delà de 48h présente généralement des signes de détresse.

Connaître la maladie Coryza (Rhinotrachéite Virale Féline)

Le coryza est une affection contagieuse et infectieuse d’origine virale et /ou bactérienne. Sa durée d’incubation varie entre 2 et 5 jours. 3 principaux virus sont à l’origine de cette contamination : 

  • l’Herpèsvirus félin 1 (FeHV-1) : responsable essentiellement des infections nasales et des voies respiratoires. (environ 70 % des chats sont porteurs de ce virus) ;
  • le Calicivirus : atteint les voies respiratoires, les yeux, les muqueuses buccales ;
  • le Réovirus : moins agressif, il engendre des écoulements des yeux.

D’autres souches de virus sont à l’origine du coryza, ce qui complique l’immunisation totale du chat contre cette maladie. En plus de ces infections virales, des bactéries, comme la Staphylococcus, la Streptococcus ou la Chlamydiose féline, peuvent causer des maladies infectieuses et aggraver l’état général du chat, en provoquant des conjonctivites (inflammations de l’oeil avec larmoiements, paupières gonflées et rougies, les yeux de votre chat pleurent) et des troubles des voies respiratoires (toux sèche, éternuements, etc.) 

La contamination se fait de façon directe ou indirecte : 

  • directe : par contact entre chats (suite à un jetage nasal, contact salivaire, etc.)
  • indirecte : caresses, transport du virus par des chaussures souillées, etc.

Bon à savoir : les chats qui restent principalement en intérieur sont également vulnérables par contamination indirecte et il est fortement recommandé de les vacciner. 

La maladie peut prendre différentes formes en fonction de l’âge ou de la santé du chat : chatons, chats dont le système immunitaire est affaibli ou chats seniors peuvent être soumis à des surinfections bactériennes. Dans ces cas-là, la maladie peut entraîner des complications sévères : broncho-pneumonie, (inflammation pulmonaire, avec surinfection), ulcère de l’oeil (en cas de conjonctivite).

Parfois la maladie évolue naturellement vers la guérison. Sous traitement médical, elle intervient entre 8 et 10 jours. Si aucun traitement n’est mis en place rapidement, les chats immunodéprimés, donc plus fragiles, peuvent souffrir d'infection généralisée et mourir.

Sachez que le coryza n’est transmissible ni à l’homme, ni aux autres animaux. Par contre, les félins qui ont été touchés par la maladie sont porteurs du virus à vie et continuent d’être contagieux pour leurs congénères. Des pathologies chroniques peuvent également survenir lorsque le chat a été exposé au coryza (pneumonie, inflammation chronique de la bouche, sinusite chronique, etc.) et lorsque les félins sont soumis à des situations de stress, de grosse fatigue, ou de mise-bas. 

Une prévention efficace passe par une vaccination régulière, notamment dans les lieux d’accueil collectif des chats (refuges, chatteries d’élevage, pensions pour chats, etc.)

Les traitements mis en place par le vétérinaire

Pour lutter contre le coryza, le vétérinaire a recours à différents traitements : 

  • anti-inflammatoire ;
  • antiviral ;
  • antibiotique ;
  • inhalations (en cas de rhinite) ;
  • collyre (en cas de conjonctivite ou lorsque que la cornée est atteinte). 

Une hospitalisation temporaire peut s’avérer nécessaire dans certains cas (traitement sous perfusion pour les chats les plus faibles). 

Le traitement peut être ensuite administré directement à domicile, notamment pour : 

  • les inhalations (aérosolthérapie), qui peuvent être utiles entre 1 ou 2 semaines, pour dégager les voies respiratoires ; 
  • l’administration d'antibiotiques, de sérums antiviraux et parfois de compléments alimentaires (acides aminés) utiles pour renforcer l’immunité virale ;
  • Une surveillance accrue de l’alimentation de l’animal, en prenant soin de préparer des rations adaptées (aliments hachés et appétissants) afin d’éviter anorexie et déshydratation.

Les moyens de prévention contre le coryza du chat

La vaccination contre le Coryza du chat

Le vaccin ne protège pas l’animal contre toutes les souches de virus, néanmoins, il reste le meilleur moyen de protéger votre chat contre cette maladie contagieuse et infectieuse. La vaccination est recommandée au plus tôt : 

  • âge de la vaccination chez le chaton : à partir de 8 à 10 semaines ;
  • rappel de primo-vaccination : à partir de 3 semaines ;
  • fréquence des rappels de vaccination : 1 rappel tous les ans (pour maintenir un niveau d’anticorps suffisant).

Bon à savoir : la vaccination renforce les défenses immunitaires d’un chat qui a déjà été exposé au coryza. 

La mise en quarantaine

Lorsque votre chat est atteint par le coryza, son système immunitaire est très affaibli et les risques de surinfections bactériennes sont importants. Pendant la durée du traitement établi par le vétérinaire, il est préférable d’isoler votre compagnon, en mettant à sa disposition un endroit propice à son rétablissement, pour lui assurer les meilleures conditions de guérison et éviter qu’il ne contamine ses congénères. 

Hygiène rigoureuse

Recommandation importante pour éviter la contamination indirecte : veillez à vous laver les mainssystématiquement après chaque acte de soins et à utiliser un gel hydroalcoolique avant et après la manipulation des objets utilisés pour la médication et le confort de votre compagnon (gamelle d’eau et de nourriture, linge, boîtes de médicaments, etc.). 

La vaccination est le meilleur moyen de protéger votre chat contre le coryza et les affections chroniques liées à cette maladie courante, mais très contagieuse. La mise en place d’un traitement adapté est indispensable pour lutter rapidement contre ses complications. Consultez un vétérinaire dès l'apparition des premiers symptômes de la maladie chez votre félin.

Connectez-vous pour laisser un commentaire ou inscrivez-vous.

0 commentaire|0 commentaires